Entreprendre sur le marché du CBD

entreprendre business cbd

Vous souhaitez entreprendre sur le nouveau marché du CBD ? Si vous estimez que les opportunités sont plus intéressantes que les menaces, cela en vaut le coup. Par contre, comme pour tout business, des freins existent.

Les boutiques de CBD sont de plus en plus nombreuses, pourtant cela ne signifie pas qu’il s’agit d’un marché facile.

Mettre en place son activité

La mise en place d’une activité implique de choisir un statut juridique et une activité principale. Pour le premier, la majorité des boutiques de CBD choisissent le statut SASU ou Société par Action Simplifiée Unipersonnelle.

Ce statut offre de nombreux avantages. Tout d’abord, les dividendes ne supportent pas les cotisations sociales. Ensuite, la responsabilité de l’associé unique vis-à-vis des dettes est limitée. Enfin, les statuts sont librement rédigés par le fondateur. Au niveau de la fiscalité, ce dernier peut opter pour l’IR ou l’IS.

Pour ce qui est du choix d’activité, ne limitez pas votre énoncé. Plus précisément, ne vous limitez pas au cannabidiol. La mention peut être élargie, comme « produits de bien-être ».

Un énoncé plus large facilite l’accès au financement. En effet, les investisseurs ne se risqueront pas à financer un produit qui est enveloppé d’une incertitude juridique.

Choisissez du CBD de haute qualité

Depuis la légalisation concernant le cannabidiol, on dispose d’un large choix de fournisseurs. Les meilleurs proposent un produit haut de gamme et sans additifs.

N’hésitez pas à élargir votre gamme et construire votre marque autour d’un CBD premium. Outre l’extrait, il est possible d’acheter du cannabidiol en vrac avant de le stocker. Dans ce cas, il faut penser à la forme du produit final et son emballage.

Avant d’acheter du CBD en gros, il est nécessaire de savoir d’où il vient. Ces produits sont plus ou moins de bonne qualité, selon le fournisseur. L’extrait de cannabidiol peut être contaminé ou produit à partir de chanvre importé. Le CBD de mauvaise qualité étant difficile à vendre, autant prendre des précautions avant d’en acheter en gros.

Un produit qui séduit facilement

La demande en CBD est forte et c’est en partie à cause de son image particulièrement séduisante. Selon le directeur général de Wunderman Thompson Paris, Virgile Brodziak, c’est un produit star depuis deux ans.

Le goût de l’interdit rend le CBD facilement attractif. D’un point de vue marketing, la situation est similaire aux débuts de la boisson énergétique Red Bull.

La culture du cannabis est de plus en plus raffinée aux US, ce qui n’est pas encore le cas en France. Par exemple, là-bas des conseillères sont à votre disposition pour trouver le produit qui vous correspond le mieux.

Un autre bon point pour le CBD : son prix a tendance à diminuer ces dernières années. Il s’agit d’une conséquence de l’arrivée des nombreux concurrents sur le marché. Il y a un peu plus d’un an, le kilo de CBD était à environ 15 000 euros. Aujourd’hui, ce prix se situe autour de 1 000 ou 2 000 euros.

Les freins pour entreprendre

De nouvelles boutiques de CBD apparaissent tous les jours partout en France. Pourtant, des freins existent pour ceux qui envisagent d’entrer sur ce marché : institutions bancaires réticentes, matière première sous législation et une pédagogie préalable obligatoire.

Des institutions bancaires réticentes : pour le moment, les institutions bancaires ont des appréhensions vis-à-vis du business du CBD. Pourtant, ce dernier est bel et bien légal. Les cas de refus d’ouverture d’un compte bancaire professionnel sont nombreux.

Une pédagogie préalable : le grand public ne connaît pas forcément le CBD. Il faudra expliquer le produit au plus grand nombre.

Bien entendu, c’est un frein dans le cas où on cherche à convaincre un éventuel partenaire.

La matière première sous la législation : le chanvre français est sous le joug de la législation. Plus précisément, les huiles et les cosmétiques sont autorisés, mais les fleurs et les résines sont interdites.

Conclusion

L’essor du marché du CBD en France n’est pas pour tout de suite, même s’il connaît un grand engouement. La loi n’est pas encore suffisamment claire pour encadrer le marché, toutefois cela n’est pas un frein pour ceux qui souhaitent entreprendre. En tout cas, il va falloir faire preuve d’ingéniosité pour communiquer autour du produit.

  • bitcoinBitcoin (BTC) $ 19,345.20
  • ethereumEthereum (ETH) $ 1,315.50
  • solanaSolana (SOL) $ 32.88
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.060696