Investissement

Défiscalisation immobilière et investissement immobilier : comment s’y prendre en 2021 ?

défiscalisation

Aujourd’hui, les investisseurs immobiliers n’ont que l’embarras du choix en ce qui concerne les dispositifs de défiscalisation. Ces derniers permettent de bénéficier d’importantes réductions d’impôts. Pour cela, il faut choisir la bonne manière de défiscaliser selon votre statut.

Entrent aussi en ligne de compte, les objectifs que vous avez et votre patrimoine. Voici quelques-uns des meilleurs dispositifs de défiscalisation et d’investissement immobilier, sur lesquels vous devriez miser en 2021.

La loi Pinel 2021

La loi Pinel est devenue un vrai classique en matière de defislicasation, au cours de ces dernières années. La manière dont elle fonctionne est assez simple. Il est possible de déduire de votre impôt sur le revenu, un pourcentage de votre prix d’achat d’un logement neuf.

La particularité est que ce dernier doit être mis en location, pour un coût modéré. Ces différentes déductions d’impôts sont faites pendant 6,9 ou 12 ans.

Tout dépend surtout de la durée de l’engagement que vous prenez. Au plus, vous obtiendrez une réduction d’impôt de l’ordre de 63 000 euros. Cette somme est répartie sur 12 ans.

En échange, vous devez garder le bien et le garder en location pendant toute la période de l’engagement. Le plafond du loyer est déterminé selon votre position géographique.

Le déficit foncier

Cette solution est très prisée par ceux qui souhaitent défiscaliser avec de l’immobilier ancien. Cela est possible en réalisant des travaux dans un bien immobilier destiné à la location.

La spécificité est que le montant des travaux doit être supérieur à vos rémunérations foncières. Voici quelques-uns des frais déductibles de ces revenus imposables :

  • Les montants des travaux d’entretien ;
  • Les frais liés à l’amélioration ou la rénovation.

Par contre, les travaux de construction ou d’agrandissement n’entrent pas dans le cadre de ce dispositif de déficit foncier. Sur une année, le plafond est fixé à 10 700 euros. Cependant, les déficits que vous n’utilisez pas en année N peuvent l’être sur les 10 années qui suivent. Ainsi, vous disposez de quoi défiscaliser pendant de longues années, en faisant augmenter le prix de votre logement.

Il peut alors se vendre ou se louer plus cher, ce qui vous convient parfaitement. L’usage de ce déficit foncier comporte aussi d’autres bénéfices. Il n’appartient pas aux niches fiscales dont le plafond est fixé à 10 000 euros l’année et pour chaque foyer fiscal. Ceux qui ont déjà atteint le plafond peuvent toujours défiscaliser avec ce dispositif, qu’est le déficit foncier.

Les SCPI particulières

Comme ici, investir dans les SCPI est une tendance qui connait une croissance assez sûre chez les Français. La preuve, de plus en plus de contrats d’assurance vie les proposent.

Contrairement à ce que vous pensez peut-être, il n’existe pas qu’une forme de SCPI. Vous en trouverez :

  • Des généralistes ;
  • Des spécialistes sur un secteur particulier ;
  • Des SCPI localisées sur une région ;
  • Etc.

C’est donc naturel que certaines SCPI se positionnent sur les biens immobiliers. Les avantages qui y sont liés, permettent de défiscaliser avec une gestion déléguée. Voilà pourquoi vous retrouverez des :

  • SCPI en loi Pinel ;
  • SCPI en loi Malraux ;
  • SCPI positionnées sur le déficit foncier ;
  • Etc.

Le choix d’une forme de SCPI doit se faire, en tenant compte de nombreux paramètres. Cela vous permettra de défiscaliser de manière optimisée. Vos rendements locatifs seront alors de bonne facture.

La nue-propriété

Nombreux sont ces investisseurs qui évaluent l’intérêt d’acquérir un bien immobilier en nue-propriété. En effet, il est possible de placer des capitaux dans un logement à prix réduit et ne conserver que l’usufruit.

Ce dernier peut être détaché de la nue-propriété par le démembrement. Pendant une période de 10 voire 15 ans, vous pourriez en tirer les avantages qui suivent :

  • La constitution d’un patrimoine immobilier à petits prix, sans percevoir de loyers dans l’immédiat. Vous ne vous acquittez pas non plus de revenus fonciers, ou de prélèvements sociaux.
  • L’absence d’impôts locaux à payer, puisque le locataire ou l’usufruitier paie la taxe foncière et celle d’habitation.
  • La déductibilité des intérêts des autres revenus fonciers, si le financement est fait par un prêt immobilier.
  • La non-inclusion dans le patrimoine qui peut être taxé par l’ISF, quand l’achat n’est pas fait par un emprunt immobilier.

Aussi, vous récupérez la pleine propriété du bien immobilier concerné dès la fin du démembrement. Avec ce dispositif, les détenteurs de revenus ou gros patrimoines peuvent défiscaliser de manière intelligente. La durée sur laquelle c’est possible n’est pas non plus sans intérêt.

La loi Malraux

Avec la loi Malraux, vous allez au-delà des possibilités de défiscalisation offertes par la loi Pinel. Ce type d’investissement sera d’ailleurs apprécié de ceux qui paient des impôts assez importants.

Le dispositif permet une déduction de votre impôt sur le revenu, 22 voire 30% du coût de restauration d’un immeuble. Ce dernier doit se trouver dans des quartiers particuliers. Le plafond des travaux est fixé à 100 000 euros/an sur un maximum de quatre ans consécutifs.

C’est en fonction de la position géographique du bâtiment que la part déductible sera définie. Une fois que le bien immobilier est rénové, il doit être mis en location pendant un minimum de 9 ans. Avec cette loi Malraux, vous pouvez défiscaliser à hauteur de 300 000 euros l’année.

En somme, c’est le type de placement qui convient aux contribuables très imposés. Une fois de plus, vous pourriez trouver des SCPI dont la spécialité est cette loi.

Le Censi-Bouvard

Au cours de ces dernières années, les logements pour personnes âgées ont connu un fort taux d’accroissement. D’un point de vue fiscal, cette tendance est soutenue par le régime Censi-Bouvard. Grâce à lui, vous pouvez investir dans un EHPAD et défiscaliser une partie de ce que vous investissez. Ce régime vous donne aussi la possibilité d’investir dans bon nombre de types de résidences comme :

  • Les résidences de service ;
  • Les résidences étudiantes ;
  • Les résidences de tourisme classées ;
  • Etc.

La réduction d’impôt dont vous bénéficiez est équivalente à 11% du coût d’achat du bien immobilier. Cependant, vous devez rester dans une limite fixée à 300 000 euros.

En contrepartie, le bien doit être mis en location pendant une période de 9 ans. Comme la loi Pinel et le dispositif Censi-Bouvard, les niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros/an et par foyer fiscal.

N’optez pas pour un produit destiné à défiscaliser, seulement pour réduire votre impôt sur le revenu. Vous risquez de perdre énormément d’argent en procédant de la sorte.

Mieux, pensez à peser le pour et le contre de chaque situation avant de vous lancer. La rentabilité de ce type d’investissement n’est pas seulement liée à la diminution de votre imposition.